Institut Polytechnique de Paris
Ecole Polytechnique ENSTA ENSAE Télécom Paris Télécom SudParis

Comité scientifique international (ISAB)

Le Conseil scientifique international (ISAB) est un organe consultatif auprès du comité exécutif. Il est chargé d’accompagner IP Paris dans sa réflexion sur les grandes orientations de sa politique scientifique. Il est constitué de personnalités scientifiques internationales éminentes dont les recherches couvrent l’ensemble des champs disciplinaires d’IP Paris.
Comité scientifique international (ISAB)

Patrick Aebischer

Patrick Aebischer est l'ancien président de l'EPFL, une université de recherche de rang mondial qu'il a dirigée de 2000 à 2016. Il est diplômé des universités de Genève et de Fribourg en Suisse, où il a suivi une formation de docteur en médecine (1980) et en neurosciences (1983). De 1984 à 1992, il a été membre de la faculté de la Brown University à Providence (Rhode Island, USA). À l'automne 1992, il est revenu en Suisse en tant que professeur et directeur de la division de recherche chirurgicale et du centre de thérapie génique du CHUV. Patrick Aebischer est membre de l'American Institute for Medical and Biological Engineering et membre de l'Académie suisse de médecine, ainsi que de l'Académie suisse des sciences de l'ingénieur. Il a fondé trois sociétés de biotechnologie et siège actuellement au Conseil d'Administration de Lonza, Nestlé et Logitech. Il est également le président du Novartis Venture Fund et un partenaire principal de NanoDimension-III, une société de capital-risque basée à la fois dans la Silicon Valley et à Lausanne.

David Cardwell

David Cardwell est un ingénieur britannique spécialisé dans la supraconductivité. Il est titulaire d'un doctorat en physique de l'université de Warwick (1987). Il est professeur en ingénierie de la supraconductivité, pro-vice-chancelier pour la stratégie et la planification à l'université de Cambridge, ancien chef du département d'ingénierie de l'université de Cambridge, co-directeur du centre de recherche KACST-Cambridge et membre du collège Fitzwilliam. En 2012, M. Cardwell a été élu membre de la Royal Academy of Engineering pour ses travaux sur le développement de supraconducteurs massifs pour des applications d'ingénierie en champs intenses.

Gisou van der Goot

Gisou van der Goot a étudié l'ingénierie à CentraleSupelec, puis a fait un doctorat en biophysique moléculaire au Centre de recherche sur l'énergie nucléaire de Saclay, en France, suivi d'un post-doc au Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) à Heidelberg. En 1994, elle crée son propre groupe au sein du département de biochimie de l'Université de Genève. Elle est devenue professeur associé à la Faculté de médecine (Univ. Genève) en 2001 et enfin professeur titulaire à l'EPFL en 2006, où elle a cofondé l'Institut de santé globale. En 2014, elle a été nommée doyenne de la Faculté des sciences de la vie de l'EPFL. Elle a reçu le prix Marcel Benoist en 2009.

David Hibbitt

David Hibbitt a obtenu sa licence en sciences mécaniques à l'université de Cambridge en 1965 et son doctorat en ingénierie à l'université de Brown en 1971. Il est le PDG retraité de la société anciennement connue sous le nom d'ABAQUS, Inc, aujourd'hui la division Simulia de Dassault Systèmes, qui fournit des logiciels d'analyse d'ingénierie, et qu'il a cofondée en 1978. Il est membre de l'Académie nationale d'ingénierie des États-Unis, a reçu le prix de mécanique appliquée de l'American Society of Mechanical Engineer en 1993 et une médaille des anciens élèves de l'université Brown en 1997. En plus de son service au sein de l'ISAB, il siège actuellement au conseil consultatif de l'école d'ingénieurs de l'université Brown ainsi qu’à l’ International Visiting Committee du département d'ingénierie de l'université de Cambridge. Il est également administrateur du laboratoire de biologie marine de Woods Hole, dans le Massachusetts.

Anne L’Huillier

Anne L'Huillier a obtenu son doctorat en physique expérimentale au CEA, à Saclay, en 1986. Elle y a ensuite été employée de façon permanente en tant que chercheuse jusqu'en 1995. Elle s'est installée à l'université de Lund, en Suède, où elle est devenue professeur titulaire en 1997. S’intéressant dans un premier temps aux atomes dans les champs laser intenses et plus particulièrement à la génération d'harmoniques d'ordre élevé dans les gaz, ses recherches se sont ensuite portées sur les applications des impulsions attoseconde obtenues par ce processus. L'Huillier est membre de l'Académie suédoise des sciences et membre associée étrangère de l'Académie nationale des sciences des États-Unis.

Bruce Kogut

Bruce Kogut a obtenu son doctorat à la Sloan School of Management du MIT. En 1983, il a commencé sa carrière académique à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie. De 1993 à 1995, il a également été directeur des programmes d'économie émergente de Wharton, et de 1997 à 2000, doyen associé de ses programmes de doctorat. En 2003, il est passé à l'INSEAD, où il a occupé une chaire d'innovation, d'affaires et de société. Il a également été directeur scientifique de l'EIASM à Bruxelles, et de 2005 à 2007, directeur fondateur du programme d'entrepreneuriat social de l''INSEAD. Depuis 2007, de retour aux États-Unis, il est professeur titulaire de la chaire Sanford Bernstein à la Columbia Business School. Il a remporté plusieurs prix et a été publié dans de grandes revues de sociologie, de gestion et d'économie.

Seeram Ramakrishna

Le Dr Seeram Ramakrishna est professeur titulaire de génie mécanique à l'Université nationale de Singapour (NUS). Il a été vice-président de la NUS pour la recherche et doyen de la faculté d'ingénierie. La NUS est classée parmi les dix premières universités d'ingénierie et de technologie du monde. Il est cité parmi les esprits les plus influents du monde (Thomson Reuters) et parmi le 1% des chercheurs les plus cités du monde (Clarivate Analytics). Il est considéré comme le père moderne des nanofibres.  Il préside le groupe de travail sur l'économie circulaire de la NUS et est membre du groupe de travail ISO/TC323 sur l'économie circulaire d'Enterprise Singapore. Il est membre élu de l'Académie royale d'ingénierie du Royaume-Uni, de l'Académie d'ingénierie de Singapour et de l'Académie nationale d'ingénierie de l'Inde.  Il a fondé et lancé le Global Engineering Deans Council à Paris, en France (http://gedcouncil.org/ambassadors).

Pierre-André Chiappori

Pierre-André Chiappori est titulaire de la chaire E. Rowan et Barbara Steinschneider et professeur d'économie à l'Université de Columbia, et membre distingué de l'Institut Becker Friedman de recherche en économie de l'Université de Chicago. Avant Columbia, il a été universitaire en France (CNRS, École polytechnique) et professeur au département d'économie de l'Université de Chicago. Ses principaux thèmes de recherche sont l'économie de la famille et la microéconomie du risque. Il est l'auteur ou le co-auteur de nombreux articles et de plusieurs livres ; il est membre de l'Econometric Society, de l'Association économique européenne, de la Society of Labor Economists et de la Society for the Advancement of Economic Theory, ainsi que de l'Institut Bachelier en France. Pierre-André Chiappori est un membre élu de l'Institut de France (Académie des Sciences Morales et Politiques).

Carlo Sirtori

Carlo Sirtori a obtenu son doctorat en physique à l'université de Milan en 1990. Il a rejoint Bell Labs où il a apporté une contribution importante au développement du "laser à cascade quantique". En 1997, il a rejoint THALES Research & Technology (TRT) en France et est devenu le chef du "groupe laser à semi-conducteurs" en 2000. En 2002, il a été nommé professeur à l'université Paris Diderot, où il poursuit ses recherches sur les dispositifs quantiques. Depuis 2010, il est le directeur des laboratoires MPQ du CNRS et de l'Université Paris Diderot. Il a reçu plusieurs prix prestigieux tels que le prix Fresnel (Société européenne de physique) et divers prix aux États-Unis, comme le "quantum devices award".

Tamar Ziegler

Le professeur Tamar Ziegler a obtenu son doctorat en mathématiques à l'Université hébraïque. Elle a passé cinq ans aux États-Unis en tant que post-doc à l'Université d'État de l'Ohio, à l'Institut d'études avancées de Princeton et à l'Université du Michigan. Elle a été membre de la faculté du Technion de 2007 à 2013 et a rejoint l'Université hébraïque à l'automne 2013 en tant que professeur titulaire. L'une de ses principales contributions est la résolution d'un problème ouvert de longue date dans la théorie des nombres concernant les progressions dans l’ensemble des nombres premiers. Avec Ben Green et Terence Tao, elle a montré l'existence de solutions en nombres premiers pour tout système linéaire affine admissible de complexité finie. Mme Ziegler a reçu plusieurs prix et distinctions pour son travail, notamment le prix Anna et Lajos Erdős en mathématiques en 2011.

Andrew Chi-Chih Yao

Le professeur Yao a été professeur adjoint au MIT (1975-1976), puis à l'université de Stanford (1976-1981), et professeur à l'université de Californie, Berkeley (1981-1982). De 1982 à 1986, il a été professeur titulaire à l'université de Stanford, puis de 1986 à 2004, professeur d'ingénierie et de sciences appliquées à l'université de Princeton. En 2004, il est devenu professeur au Center for Advanced Study de l'université de Tsinghua (CASTU) et directeur de l'Institute for Theoretical Computer Science (ITCS). Depuis 2010, il est le doyen de l'Institut des sciences interdisciplinaires de l'information (IIIS) de l'université de Tsinghua. Il est également Professeur distingué à titre individuel de l'université chinoise de Hong Kong. En 2000, il a reçu le prix Turing, « en reconnaissance de ses contributions fondamentales en théorie de la calculabilité, génération de nombres pseudo-aléatoires, cryptographie et complexité de la communication ».

Corinne Aubert

Corinne Aubert est directrice de recherche au CNRS et travaille dans le domaine de la chimie organométallique, de la catalyse homogène, de la synthèse organique et asymétrique et de la préparation de nouveaux matériaux moléculaires. De 2011 à 2017, elle a été coordinatrice du pôle d'excellence LabEx MiChem, directrice de l'Institut de Chimie Moléculaire de Paris (IPCM) après en avoir été directrice adjointe. De 2018 à mars 2019, elle a été doyenne de la Faculté des sciences et de l'ingénierie de l'Université de la Sorbonne.

Hiroshi Amano

De 1988 à 1992, il a été chercheur associé à l'université de Nagoya, puis professeur assistant à l'université de Meijo où il est devenu professeur en 2002. En 2010, il a rejoint l'université de Nagoya, où il est actuellement professeur. Ses recherches portent sur la croissance, la caractérisation et les applications des semi-conducteurs de nitrure du groupe III, matériaux utilisés dans les LED bleues. En 1985, il a développé le dépôt de substrats à basse température pour la croissance de couches minces semi-conductrices de nitrure du groupe III sur un substrat de saphir. Ce procédé a permis la réalisation de diodes électroluminescentes et de diodes laser à base de semi-conducteurs de nitrure du groupe III. En 1989, il a réussi à faire croître du GaN de type p et à fabriquer, pour la première fois au monde, une diode électroluminescente UV/bleu grâce à une jonction p-n à base de GaN. Pour ces réalisations, il a reçu le prix Nobel de physique en 2014.

Enno Mammen

Le professeur Mammen a obtenu son doctorat en mathématiques à l'université de Heidelberg en 1983. Après un postdoc au CWI Amsterdam, à l'université de Berkeley, il a obtenu un poste d’assistant-professeur à l'université d'Heidelberg en 1986, puis il est parti à l'université Humboldt de Berlin, avant de revenir à l'université d'Heidelberg en tant que professeur associé. Il est devenu professeur titulaire en 2003, d'abord en tant que titulaire de la chaire de statistiques au département d'économie de l'université de Mannheim et depuis 2014 en tant que titulaire de la chaire de statistiques mathématiques au département de mathématiques de l'université de Heidelberg. Les recherches du professeur Mammen se concentrent sur l'analyse mathématique de l'inférence statistique dans des modèles statistiques complexes, non- paramétriques et à grand nombre de dimensions, qui sont devenus indispensables dans de nombreux domaines appliqués.

Sonia Severitatne

Sonia Severitatne est née en 1974 à Lausanne (Suisse), et a étudié à l'Université de Lausanne (biologie) et à l'EPF de Zurich (physique environnementale). Après sa thèse de master, réalisée lors d'un séjour de recherche au Massachusetts Institute of Technology (1998-1999), elle a réalisé sa thèse de doctorat à l'ETH Zurich (1999-2002). Elle a ensuite été chercheuse invitée à la NASA/GSFC (2003-2004), à l'initiative d'une bourse du Centre national de compétence pour la recherche sur le climat (PRN-Climat). En 2005, elle est retournée en tant que scientifique senior à l'ETH Zurich, où elle a été nommée professeur assistant en 2007. Elle a été nommée professeur associé en 2013, et professeur titulaire en 2016. Elle est membre du comité de la Revelle Medal. En 2013, elle a reçu la médaille James B. Macelwane de l'American Geophysical Union.