Institut Polytechnique de Paris
Ecole Polytechnique ENSTA ENSAE Télécom Paris Télécom SudParis
Partagez la page

Le Comité scientifique international (ISAB)

Le Comité scientifique international (ISAB) est un organe consultatif auprès du comité exécutif. Il est chargé d’accompagner IP Paris dans sa réflexion sur les grandes orientations de sa politique scientifique. Il est constitué de personnalités scientifiques internationales éminentes dont les recherches couvrent l’ensemble des champs disciplinaires d’IP Paris.
Patrick Aebischer

Patrick Aebischer est l'ancien président de l'EPFL, une université de recherche de rang mondial qu'il a dirigée de 2000 à 2016. Il est diplômé des universités de Genève et de Fribourg en Suisse, où il a suivi une formation de docteur en médecine (1980) et en neurosciences (1983). De 1984 à 1992, il a été membre de la faculté de la Brown University à Providence (Rhode Island, USA). À l'automne 1992, il est revenu en Suisse en tant que professeur et directeur de la division de recherche chirurgicale et du centre de thérapie génique du CHUV. Patrick Aebischer est membre de l'American Institute for Medical and Biological Engineering et membre de l'Académie suisse de médecine, ainsi que de l'Académie suisse des sciences de l'ingénieur. Il a fondé trois sociétés de biotechnologie et siège actuellement au Conseil d'Administration de Lonza, Nestlé et Logitech. Il est également le président du Novartis Venture Fund et un partenaire principal de NanoDimension-III, une société de capital-risque basée à la fois dans la Silicon Valley et à Lausanne.

Roberta Ramponi

Prof Mechanical Eng & Applied Phys
École polytechnique de Milan. Ses recherches ont couvert un large éventail d'activités dans les domaines de l'électronique quantique, de l'optoélectronique, de l'optique quantique et de la photonique. Elle a notamment mis au point des techniques innovantes pour la fabrication de guides d'ondes dans des cristaux non linéaires, des verres passifs et actifs et pour la caractérisation précise de ces guides d'ondes ; elle a en outre étudié la conception et la réalisation de dispositifs entièrement optiques pour des applications dans le domaine des capteurs et des communications optiques. Plus récemment, elle a participé à la conception et à la réalisation de dispositifs micro-optofluidiques intégrés, au moyen de l'écriture directe avec des impulsions laser femtosecondes pour la fabrication de guides d'ondes optiques, et de la même technique suivie d'une gravure chimique pour les microcanaux.

Yasuhiko Arakawa

Directeur de l'Institut de l'électronique de l'information nano-quantique
Université de Tokyo
Ses recherches portent sur la physique des semi-conducteurs, notamment la croissance des nanostructures et leurs applications optoélectroniques. Parmi ses principales réalisations, on peut citer la proposition du concept de points quantiques et leur application aux lasers à points quantiques, l'observation du dédoublement de Rabi entre exciton et polariton dans une microcavité semi-conductrice ou, récemment, les premiers lasers à nanocavité à cristal photonique 3D avec gain de points quantiques.

Seeram Ramakrishna

Le professeur Seeram Ramakrishna, titulaire de la chaire Everest, est chercheur à l'Université nationale de Singapour, qui est classée parmi les huit meilleures universités du monde.
Il figure parmi les esprits scientifiques les plus influents du monde. Clarivate Analytics l'a reconnu parmi les 1 % des chercheurs les plus cités au monde. Il est considéré comme grand expert de l'électrofilage et des applications des nanofibres. Ses publications à ce jour ont reçu un H-index de 191 et 176 818 citations.
Il a reçu des distinctions professionnelles de l'Académie chinoise d'ingénierie, de l'Académie royale d'ingénierie du Royaume-Uni, de l'Académie nationale indienne d'ingénierie, de l'Académie d'ingénierie et de technologie de l'ASEAN et de l'Académie d'ingénierie de Singapour.
Il est également membre élu de l'AAAS, de l'ASM International, de l'ASME, de l'AIMBE (États-Unis), de l'IMechE et de l'IoM3, Royaume-Uni ; ISTE, Inde ; et IUBSE (FBSE). Il a obtenu son doctorat à l'université de Cambridge, au Royaume-Uni, et a suivi la formation GMP à l'université de Harvard, États-Unis.
Il a notamment occupé le poste de vice-président de NUS (stratégie de recherche) ; Doyen de la faculté d'ingénierie, directeur de NUS Enterprise, directeur de NUS Industry and Technology Relations Office, directeur de NUS International Relations Office ; directeur fondateur de NUS Bioengineering ; directeur fondateur du NUS Nanoscience & Nanotechnology Institute of Singapore et président fondateur du Solar Energy Research Institute of Singapore, SERIS. Il est l'un des principaux acteurs de l'économie circulaire et de la décarbonisation à Singapour.


Bernard Salanié

Bernard Salanié est un économiste français. Il est professeur d'économie à l'université de Columbia. Il est diplômé de l'École polytechnique en 1984 et de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique en 1986. Il a obtenu un doctorat de l'École des hautes études en sciences sociales en 1992. Son directeur de thèse était François Bourguignon, ancien économiste en chef de la Banque mondiale de 2003 à 2007.
De 1986 à 1990, Bernard Salanié a travaillé à l'Institut national de la statistique et des études économiques, avant de devenir professeur à l'ENSAE et d'en prendre la direction. Il a également été directeur du Centre de recherche en économie et statistiques de 2001 à 2003. Il a rejoint la faculté de l'Université de Columbia en 2005. Il est connu en France pour son blog "L'économie sans tabou". Bernard Salanié a publié de nombreux ouvrages dans le domaine de la théorie microéconomique et de l'économétrie appliquée. Ses recherches actuelles portent sur l'assurance, les méthodes d'évaluation des politiques et l'économie de la famille. Il a été rédacteur en chef de la Review of Economic Studies de 2003 à 2007. Il est membre de l'Econometric Society depuis 2001.

Sonia Seneviratne

Sonia Seneviratne est née en 1974 à Lausanne (Suisse), et a étudié à l'Université de Lausanne (biologie) et à l'EPF de Zurich (physique environnementale). Après sa thèse de master, réalisée lors d'un séjour de recherche au Massachusetts Institute of Technology (1998-1999), elle a réalisé sa thèse de doctorat à l'ETH Zurich (1999-2002). Elle a ensuite été chercheuse invitée à la NASA/GSFC (2003-2004), à l'initiative d'une bourse du Centre national de compétence pour la recherche sur le climat (PRN-Climat). En 2005, elle est retournée en tant que scientifique senior à l'ETH Zurich, où elle a été nommée professeur assistant en 2007. Elle a été nommée professeur associé en 2013, et professeur titulaire en 2016. Elle est membre du comité de la Revelle Medal. En 2013, elle a reçu la médaille James B. Macelwane de l'American Geophysical Union.

Carlo Sirtori

Carlo Sirtori a obtenu son doctorat en physique à l'université de Milan en 1990. Il a rejoint Bell Labs où il a apporté une contribution importante au développement du "laser à cascade quantique". En 1997, il a rejoint THALES Research & Technology (TRT) en France et est devenu le chef du "groupe laser à semi-conducteurs" en 2000. En 2002, il a été nommé professeur à l'université Paris Diderot, où il poursuit ses recherches sur les dispositifs quantiques. Depuis 2010, il est le directeur des laboratoires MPQ du CNRS et de l'Université Paris Diderot. Il a reçu plusieurs prix prestigieux tels que le prix Fresnel (Société européenne de physique) et divers prix aux États-Unis, comme le "quantum devices award".

Tamar Ziegler

Le professeur Tamar Ziegler a obtenu son doctorat en mathématiques à l'Université hébraïque. Elle a passé cinq ans aux États-Unis en tant que post-doc à l'Université d'État de l'Ohio, à l'Institut d'études avancées de Princeton et à l'Université du Michigan. Elle a été membre de la faculté du Technion de 2007 à 2013 et a rejoint l'Université hébraïque à l'automne 2013 en tant que professeur titulaire. L'une de ses principales contributions est la résolution d'un problème ouvert de longue date dans la théorie des nombres concernant les progressions dans l’ensemble des nombres premiers. Avec Ben Green et Terence Tao, elle a montré l'existence de solutions en nombres premiers pour tout système linéaire affine admissible de complexité finie. Mme Ziegler a reçu plusieurs prix et distinctions pour son travail, notamment le prix Anna et Lajos Erdős en mathématiques en 2011.