Institut Polytechnique de Paris
Ecole Polytechnique ENSTA ENSAE Télécom Paris Télécom SudParis
Partagez la page

Au Centre Interdisciplinaire d'Etudes pour la Défense et la Sécurité, le rôle clé des partenariats industriels

Le 05 juin. 2024
Le Centre Interdisciplinaire d’Études pour la Défense et la Sécurité d’IP Paris organise le 4 juillet sa journée Opération CIEDS qui réunit chercheurs, élèves, entreprises et personnels du ministère des Armées. L’occasion de revenir sur les grandes missions du Centre et de mettre l’accent sur le maillon essentiel que représentent les industriels dans le transfert de technologies.
Au Centre Interdisciplinaire d'Etudes pour la Défense et la Sécurité, le rôle clé des partenariats industriels

Soutenu par le ministère des Armées et l’Agence de l’innovation de défense (AID), le CIEDS coordonne les activités de l’Institut Polytechnique de Paris en matière de défense et de sécurité.

Il propose, pour la deuxième année consécutive, une journée d’échanges entre chercheurs, élèves, personnels du ministère des Armées et partenaires – entreprises, agences de financement, ONR- organismes nationaux de recherche - autour des enjeux Défense. L’événement, qui se déroulera le 4 juillet, s’organise autour d’ateliers thématiques, de tables rondes et d’interventions d’experts.

« Créé en mars 2021, avec le soutien du ministère des Armées, le CIEDS a pour ambition de relever les défis scientifiques et technologiques du secteur de la défense, dans le champ de la recherche, de l’innovation mais aussi de la formation », rappelle Thierry Coulhon, président d’IP Paris par intérim;

Deux grandes missions

Le CIEDS a deux grandes missions. Développer des technologies de rupture à forte valeur ajoutée pour la Défense et instaurer au sein de toutes les communautés d’IP Paris, enseignants-chercheurs, étudiants mais aussi plus largement les personnels, une très forte prise en compte des enjeux de Défense.

David Filliat, directeur scientifique du CIEDS, décline en trois mots la première : cibler, chercher, transférer. « Nous identifions des dispositifs scientifiques et technologiques de rupture pour les opérateurs de la Défense en partenariat avec l’Agence de l’innovation de défense, nous finançons au sein des laboratoires de IP Paris des recherches de pointe dans ces domaines d’intérêt, enfin nous rendons les technologies rapidement accessibles aux entreprises, et accompagnons le passage à l’échelle », précise-t-il.

Matériaux innovants, robotique, intelligence artificielle, mais aussi cybersécurité, sûreté numérique, détection de menaces biologiques, soins aux combattants : voilà quelques-uns des axes de recherche du CIEDS. 

L’exploration de ces champs stratégiques donnent lieu à des publications scientifiques s’inscrivant dans la science ouverte, qui peuvent néanmoins impliquer d’activer les outils de la Propriété Intellectuelle, dont le dossier technique secret. Ce qui explique la confidentialité de certains de ces travaux.

L’enjeu des partenariats industriels

Pour remplir ses missions, le CIEDS noue des partenariats industriels destinés à accélérer le transfert des technologies aux entreprises et assurer le passage à l’échelle vers une phase de pré-industrialisation.

« Ces partenariats s’avèrent un maillon indispensable pour renforcer la Base Industrielle et Technologique de Défense – la BITD-, en lui proposant des sujets de ressourcement scientifique, mais surtout, en soutenant des projets co-construits. Cette co-construction s’opère sur la base des propositions scientifiques des chercheurs, des attentes de l’AID et de la volonté des industriels d’appuyer la montée en maturité des résultats », indique François Plais, directeur des opérations du centre.  « Le CIEDS entend ainsi apporter une contribution à l’autonomie stratégique de la France en appuyant sa BITD. »

De Dassault Aviation à Safran, d’Airbus à Nexter, société de KNDS, de Thales à Naval Group, au total le CIEDS a noué une quinzaine de partenariats dans l’aéronautique, le spatial, l’armement pour les forces terrestres ou encore la construction navale de défense.

En juin 2023, a ainsi été créée une chaire d’enseignement et de recherche à IP Paris sur l’architecture des systèmes complexes. Parmi ses partenaires et mécènes, Dassault Aviation, Dassault Systèmes, Naval Group, Nexter et l’AID. 

Dans le secteur de la défense en particulier, les systèmes industriels et opérationnels doivent être robustes, sécurisés, et conçus pour pouvoir évoluer avec les nouvelles technologies sur des temps longs. Au regard des enjeux liés à la souveraineté nationale en matière de défense, la Chaire d’architecture des systèmes complexes se concentre donc sur l’enseignement et la recherche.

Mais au-delà des entreprises de la BITD et de ses cas d’usage défense, ces partenariats trouvent également leur aboutissement dans des applications servant l’ensemble de la société. 

Créée en novembre 2022 dans le secteur de la santé, la startup Plasana Medical travaille à un dispositif médical destiné à cicatriser plaies chroniques et brûlures sévères. Pour reconstruire les tissus lésés, elle fait appel aux plasmas froids, des gaz ionisés créés par des petites décharges électriques. 

Ce projet, qui a commencé comme une recherche fondamentale, a bénéficié dès le début du soutien de la DGA (Direction Générale de l’Armement) puis de l’AID. Il se veut un véritable trait d’union entre la recherche académique et l’industrie.

« Après un peu plus de trois années de fonctionnement, et sur la base d’une cinquantaine de projets majeurs de recherche en cours, le CIEDS aspire maintenant à mettre en place des partenariats structurants, sur le temps long, avec les industriels de la BITD. D’ici à la fin de l’année, le centre va réfléchir avec quelques partenaires, dans le cadre de lettres d’intention, à la définition des feuilles de route de ces partenariats, en matière de recherche, de formation et d’innovation et des modalités de soutien associées. La journée du 4 juillet va permettre d’engager ou de poursuivre la réflexion sur ces objectifs », conclut François Plais.